Besoin d'aide ? Voir notre
foire aux questions

Saint-Jodard
A21 - 1995/96

L’éthique chrétienne

Philosophie - Ethique chrétienne

L’éthique commence avec la question de la responsabilité à l’égard de nos actes. Où cette expérience interne de la responsabilité, ce sens de la responsabilité, s’éveille-t-elle avec le plus de netteté ? C’est dans l’expérience de l’amour d’amitié, là se noue une relation de personne à personne, une responsabilité mutuelle.
A partir de là peut s’édifier une éthique fondamentalement humaine, dont l’analyse va mettre en lumière tous les grands moments de l’acte humain.

La découverte de Dieu et l’expérience de l’adoration font passer la réflexion éthique à un autre niveau. Dieu, Créateur, fin ultime de tout homme, donne à son acte moral une profondeur et une extension nouvelles.
L’acte moral peut ainsi être regardé selon trois niveaux :

- fondamental : finalisé par l’ami.
- religieux : finalisé par la découverte de l’existence de Dieu.
- chrétien : la Révélation implique une nouvelle finalité, l’amitié avec Jésus

L’éthique dite chrétienne n’est pas une théologie mais le regard du philosophe sur Jésus, vivant des béatitudes, en tant qu’il nous est connu par l’histoire, en tant que lui-même est connu à travers ses disciples et les récits qu’ils en ont fait. Cette éthique chrétienne fait pleinement partie de la philosophie éthique. Car il est nécessaire aujourd’hui d’avoir un regard philosophique sur la personne de Jésus.

 

 

 

(c) Ecole Saint-Jean. Tous droits réservés.